nous recrutons

Référence

retour liste

URBANISME DE L’ECOQUARTIER DU CENTRE URBAIN A TARARE

TARARE (69)

Maître d’ouvrage
Ville de Tarare

Équipe

Architecte : Agence d’Architecture et d’Urbanisme Patrick Chavannes (AAUPC) à Paris
Bureau d’étude : BETREC IG
Ecologie urbaine : ATM
Bilan d’opération : Saville
Expertise, programmation et montage d’opérations logements : GLB Consultant
Expertise, programmation et montage d’opérations commerces et services : Cushman & Wakefield

Missions BETREC
Économie de l’aménagement, Fluides, Thermique, Aménagements extérieurs / VRD, Ingénierie des déplacements

Dates
2014 – 2015

Surface
26 ha

Budget
10 398 000 €

Présentation du projet

Ville de Tarare :        10 289 habitants

Périmètre d’étude :     2 550 habitants

Périmètre opérationnel (estimation) : 507 logements soit environ 1 200 habitants.

Structure de l’habitat : 30 % de la population propriétaire et 70 % locataire (dont 47 % locataires de logements sociaux dans le périmètre d’étude).

Objectifs d’aménagements :

Recoudre la ville autour de « l’écoquartier » et structurer la ville.
« L’écoquartier, porte de la ville » Donner une image attractive de la ville.
« L’écoquartier, un quartier à vivre » Accroître la qualité des espaces publics et le confort des piétons
« L’écoquartier, un pôle de développement complémentaire du centre-ville ». Renforcer le poids résidentiel et économique du quartier.
L’écoquartier, un modèle pour le développement de la commune » Expérimenter un développement urbain durable et innovant.

 

Performances environnementales

Patrimoine : 2 monuments inscrits à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques (ancienne écurie et usine de moulinage JB Martin).

La trame bleue s’articule autour de la rivière, la Turdine, avec un état écologique fortement altéré. Elle est couverte sur la majeure partie de la ville ainsi que sur le secteur d’étude ; le concours est l’opportunité d’agir en proposant des scenarii de dé-couvertures réalisables.

Risques de pollution : plusieurs sites sont affectés par des pollutions de sols et d’eau avérées liées à l’activité industrielle passée.

Nuisances : la traversée du secteur d’étude par la RN7 et les voies ferrées impliquent la prise en compte de mesures spécifiques contre le bruit

 

 

© AAUPC