nous recrutons

Référence

retour liste

POSTE DE COMMANDEMENT BRIGADE DE SAPEURS-POMPIERS DE PARIS ROCHEPLANE CHEVILLY LARUE

CHEVILLY LARUE (94)

Maître d’ouvrage
PREFECTURE DE POLICE

Équipe

Architecte: Deso Defrain Souquet Paris
Bureaux d’études : BETREC IG, CLIMATECH

Missions BETREC:
Économie, Maîtrise d’œuvre amiante, Structure béton, Fluides, Thermique

Dates
2017 – 2019

Surface
Terrain de 8 575 m²
SdP : Centre de secours : 2 465 m²
Tour R+10 des logements familles : 3 130 m² – Gymnase : 300 m² – Ensemble de restauration : 370 m²

Budget
3 400  000 €

Présentation du projet

Le Poste de Commandement de Compagnie (PCC) de la BSPP de Rungis est situé au cœur d’une zone d’activité commerciale.

Il a été construit en 2 phases : le centre de secours et la tour d’instruction en 1970 ; la tour de logement, le gymnase et l’ensemble de restauration en 1983. Il est fréquenté quotidiennement par 100 fonctionnaires.

Le PCC comprend 4 bâtiments répartis autour d’une vaste cour d’exercice bitumée. Le centre de secours comporte 2 étages au-dessus des remises des véhicules d’incendie. La tour des logements des familles s’élève sur 10 niveaux. Le gymnase et l’ensemble de restauration comprennent un seul niveau.

Ces bâtiments ont subi des dégradations importantes en façade qui ont provoqué des infiltrations.

Les travaux consistent en la réfection des façades avec isolation, changement des menuiseries, réfection des toitures terrasses et mises aux normes des extractions d’air.

BETREC mène l’ensemble des études thermiques, fluides et VRD avec, en amont, la prise en charge de la problématique d’enduits amiantés et de peintures au plomb sur les façades et leurs équipements.

Performances environnementales

La rénovation du PCC SDIS a plusieurs objectifs :

La réparation/rénovation des façades :
Les bétons sont très dégradés, enrobage des aciers insuffisants + carbonatation.
La chute d’éléments en béton se détachant présente des risques.

La remise à niveau thermique des bâtiments :
Dans l’objectif de réduire fortement les déperditions thermiques (sur-isolation des façades, et réfection de l’étanchéité et sur-isolation des toitures terrasses).

La végétalisation des toitures et de certaines façades :
Afin de limiter l’effet de l’ilot de chaleur urbain, et de temporiser l’eau pluviale.

Travail sur la ventilation et le chauffage de manière à rééquilibrer l’installation après coup.

L’ensemble de la démarche s’inscrit dans une recherche de développement durable, par les performances thermiques recherchées visant à exploiter le « gisement » de l’économie d’énergie, et à recourir à des techniques durables (mastic proscrit, démarche d’étanchéité à l’air, travail sur la nature des végétaux).